Les super producteurs

A la découverte de la chèvrerie de Blancey

Sébastien ROUSSEL élève des chèvres en Auxois, et transforme leur lait en délicieux crottins, tommes et camemberts (que vous appréciez tant!). Il a bien voulu se prêter au jeu de l’interview afin que vous puissiez le découvrir.
A vos marques, Bêê, partez !

Coucou Sébastien. Dis-nous, comment en es-tu venu à faire du fromage de chèvre, quel est ton parcours ?

J’ai toujours été attiré par l’élevage et le monde paysan, j’avais une basse cour quand j’étais petit et mes parents ont eu un projet de ferme familiale. Je ne suis pas issu du monde agricole et je ne  pensais pas que c’était possible de devenir paysan.Concernant mon parcours, je viens de Longchamp à côté de Genlis. J’ai fait un bac à Dijon, puis une école d’ingénieur en agriculture à Rouen. Je faisais des stages en exploitation agricole et c’est à ce moment-là que j’ai voulu devenir paysan et non ingénieur. J’ai donc comparé diverses productions et élevages, et je me suis orienté vers l’élevage caprin.

A la sortie de mes études j’ai tenté de reprendre une chèvrerie en Savoie, mais suite à des problème de santé j’ai dû arrêter. J’ai fait des petits boulots durant 1 an et demi, me suis fait la main sur des moutons dans la Drôme, pris des cours d’apiculture, visité des fermes, lu des livres sur l’élevage, etc.

Quand je me suis senti prêt j’ai relancé mon projet, j’ai cherché une ferme dans une région que je connaissais, la côte d’or. Je visais le Morvan et je me suis retrouvé dans l’auxois un peu par hasard et je ne le regrette pas!

au gramme près dijon vrac blancey chèvre

Pourquoi des chèvres ?

L’élevage de chèvres demande peu de surface, pas énormément d’investissement, l’animal est curieux, positif, attirant, surprenant et capricieux… J’ai donc acheté les chèvres et la ferme début 2010 et je suis installé officiellement depuis le 1er janvier 2011 avec les 1er fromages réalisés en mars 2011.


Le fromage de chèvre, c’est comme les tomates, il n’y en a pas toute l’année ! 


Qu’est-ce qui te plait le plus dans ton métier ?

J’aime le fait de ne pas avoir de patron, de faire les choses selon mes idées et motivations, la variété des activités, de vivre à la campagne sans trajet quotidien, au calme, sans pollution, de manger mes propres produits (miels, oeufs, fruits, légumes, fromages, viande de porc, chèvre, poulets, canards, …)

Quelles sont tes contraintes ?

C’est un choix de vie, on est un peu en décalage avec la société, on travaille tous les jours, on n’a pas de weekend. Le travail est différent car on travaille avec du vivant et on est tributaire du climat. Pour limiter ces contraintes, j’ai une salariée depuis 1 an et demi, ce qui me facilite un peu la vie.


Quelles sont les périodes de production du fromage de chèvre ?

La production naturelle de fromages de chèvres est saisonnière, c’est comme les tomates, il n’y en a pas toute l’année !

Les chèvres ne peuvent se reproduire que quand les jours diminuent. Il y a donc une reproduction à l’automne et des naissances groupées au printemps. En fin de gestation, les chèvres ne peuvent pas à la fois nourrir les petits et faire du lait, d’où l’arrêt de production laitière pendant 3 mois l’hiver de Décembre à Mars. Certains producteurs évitent ce phénomène avec des hormones ou des programmes lumineux. Je le refuse et je préfère travailler en fonction du rythme de mes chèvres.

Comment vivent les chèvres dans ta ferme?

Mes chèvres sont logées dans une chèvrerie et ont accès tous les jours à 8 hectares de pâtures collées à la chèvrerie. C’est une des particularités chez moi, avec toute cette surface à disposition, les chèvres mangent beaucoup d’herbe ce qui fait la qualité des fromages.

Leur nourriture est principalement composée d’herbe et de foin avec un complément de céréales. En effet, une chèvre peux faire plus de 5 litres de lait par jour, il lui faut donc une alimentation en quantité et en qualité sans carences d’où l’apport d’un complément de céréales, de sel et de minéraux.

A quoi ressemble ta journée type ?

  • À 8h30, il y a la traite du matin et la “livraison” de l’apport en céréales
  • De 9h à 13h, je travaille à la fromagerie
  • À 13h, j’apporte le foin et les céréales aux chèvres
  • À 18h30, je fais la traite du soir et fournis encore des céréales
  • À 20h, je retourne mes fromages

 

Selon les jours, je me déplace sur des marchés, des foires. Je livre aussi des magasins plusieurs fois par semaine. En plus de tout cela, je dois gérer les papiers administratifs, mes ruches, les potagers, les vergers, les poules et les cochons !

Peut-on visiter ton exploitation ?

Oui, et avec grand plaisir! Les visites sont sur rendez-vous ou lors de la vente à la ferme, le mardi de 18h à 19h.

Pour le suivre : http://lebiquet.blogspot.com/

L’écho des Blés

Nous avons à coeur de travailler en direct avec les producteurs du coin. Chaque rencontre, chaque visite nous fait découvrir des personnalités extraordinaires, passionnées et passionnantes, qui nous racontent avec envie leur métier et leur savoir-faire.

Ce mois-ci, découvrez l’Echo des Blés à Cléry, où Brigitte et Christian façonnent pains et biscuits à base de variétés anciennes de céréales, dans le plus grand respect des matières premières et de la nature.

écho des blés épicerie vrac dijon au gramme près
De délicieux sablés en pleine préparation

Brigitte et Christian, c’est l’histoire de deux passionnés de leur territoire et des bons produits. Après des vies professionnelles totalement différentes du métier de boulanger, ils ont décidé de se reconvertir. A Cléry, petit commune à la limite Est de la Côte d’Or, ils pétrissent et façonnent différentes sortes de pains, brioches et biscuits à partir de variétés anciennes de céréales, produites par des paysans-meuniers alentours.

Des matières premières de qualité permettent ainsi de créer des aliments de longue conservation et très digestes, même pour les pains à base de farine de blé.

Engagés et militants, Brigitte et Christian privilégient la qualité, que ce soit dans leur fabrication, mais aussi dans toute leur démarche. C’est ainsi qu’ils ont par exemple opté pour un fournisseur d’électricité renouvelable, qu’ils ne travaillent qu’avec du levain naturel et qu’ils ont une production restreinte, car pour eux, qualité ne rime pas avec quantité.

 

Nous avons la chance qu’ils nous fassent confiance et fassent partie de la liste des fournisseurs d’Au Gramme Près. Vous pourrez ainsi découvrir chaque semaine leurs pains spéciaux (pain d’épeautre, de seigle, de campagne, aux graines) mais aussi leurs sablés et cookies à l’épicerie. Une chose est sûre : une fois que vous y aurez goûté, vous ne pourrez plus vous en passer !